Nutrition : les bonnes et mauvaises associations de votre assiette

Partager

Lorsque vous préparez un régime, qu’il consiste en un rééquilibrage alimentaire ou bien qu’il soit plus spécifique et nécessite le retrait de certains aliments, le choix des nutriments n’est pas suffisant pour avoir de bons résultats tant sur votre poids que sur votre santé.

Sans le savoir vous avez probablement tendance à consommer dans un même repas des aliments dont l’association est négative et difficile à digérer. Or, qui une mauvaise digestion implique une mauvaise assimilation des nutriments, mais aussi des désagréments comme des ballonnements, des brûlures d’estomac par exemple, ou encore une sensation de fatigue plus ou moins intense accompagnée d’une difficulté de concentration. Faisons donc le point sur les bonnes et les mauvaises pratiques.

Erreur n°1 : Achever son repas avec un fruit

S’il est tentant et fait partie des habitudes des Français de finir un repas par une touche sucrée, il est pourtant préférable de consommer les fruits quelque temps après le repas, le temps que la digestion puisse se faire. Même si cela peut vous sembler saugrenu, il est préférable d’opter pour un fruit une demie-heure au moins avant le repas ou sous forme d’en-cas entre les repas principaux.

Erreur n°2 : Coupler viande et pâtes/riz/légumineuses

Lorsque vous associez ces deux groupes d’aliments, la digestion est rendue complexe et rallongée. Elle peut être source d’acidité de l’estomac, de reflux gastriques et de douleurs abdominales.
Sachant que notre cerveau et notre corps a toutefois besoin de glucides pour fonctionner, il ne faut pas supprimer tous les sucres. Dans ce cadre, il est préférable d’opter pour les glucides issus des végétaux tels que la pomme de terre, la patate douce, le potimarron, ou encore la courge pour ne citer qu’eux.

Si vous souhaitez à certains repas consommer des féculents tels que le riz ou les pâtes, il est préférable de les coupler à des légumineuses, qui apportent de surcroît des protéines à votre plat.

Erreur n°3 : mettre de la sauce tomate sur ses pâtes

Les sauces industrielles à base de tomate sont généralement acides et sa digestion bloque celle des sucres lents.
Il est donc préférable d’opter soit pour une sauce maison composée de tomates et de basilic, deux produits alcalins, idéalement couplés à quelques légumes verts.
De plus, comme nous l’avons évoqué il est possible d’intégrer des légumineuses avec vos pâtes ou votre assiette de riz, afin qu’elle ne soit pas trop sèche et qu’elle conserve sa gourmandise.
Il est important de préciser que le fromage râpé est lui aussi très acide et ne doit donc idéalement pas être saupoudré sur vos pâtes si vous souhaitez éviter remontées gastriques et ballonnements !
Ceux qui ne peuvent pas se passer de sauce peuvent opter pour de la crème ou du lait de coco, qui bénéficient de bonnes propriétés nutritionnelles lorsqu’ils sont consommés en quantité modérée.

Erreur n°4 : ne pas consommer assez de légumes

Les légumes sont emplis de nutriments essentiels pour la santé, mais aussi présentent l’avantage de pouvoir être associés à tous vos plats.
Sources de fibres, ils favorisent la digestion, le transit et permettent de lutter contre le diabète et le cholestérol.
Alcalins, ils permettent de pus de compenser toute l’acidité issue des autres aliments que vous pourriez être amenés à consommer et donc aident à rétablir l’équilibre acido-basique nécessaire à un bien-être intérieur.

Erreur n°5 : ne pas multiplier les protéines

Certaines recettes associent oeufs et viande par exemple. C’est notamment le cas du steak à cheval, du croque-madame ou de certaines pizzas.
Afin que la digestion se fasse le plus facilement possible, il est recommandé de ne jamais associer plusieurs sources de protéines (qu’elles soient végétales ou animales) dans un même repas.
Pour mémoire, les protéines comptent principalement les viandes, les poissons, les oeufs et les légumineuses (lentilles, haricots rouges,…).


Attention toutefois à bien veiller à diversifier votre alimentation afin d’apporter à votre corps tous les nutriments dont il a besoin pour la santé, pour préserver votre système cardio-vasculaire mais aussi pour renforcer votre système immunitaire. Globalement, il faut manger de tout, mais veiller à gérer les quantités pour ne pas apporter trop d’acidité et éviter les erreurs citées ci-dessus.

Previous post Oméga 3 et Oméga 6 : des apports différents et complémentaires
Next post Flocons d’avoine au petit-déjeuner ou en encas : bonne ou mauvaise idée ?